Une réserve naturelle, pourquoi ?
Plus de 50 ans de lutte...

Depuis le début du siècle, les Hautes-Fagnes attirent scientifiques, artistes et amoureux de la nature. Si elles existent encore, c'zst à eux qu'on le doit !

Sensibilisés par le Professeur Frédéricq de l'Université de Liège, ils obtinrent du gouvernement, en 1911, la promesse d'y créer une réserve naturelle.

Ce fut en 1957 qu'un arrêté royal récompensa 50 ans d'opiniâtreté des ces pionniers en créant les deux premières réserves naturelles du pays : les Hautes-Fagnes et le Westhoek.

Une association née en 1935, " Les Amis de la Fagne "a été la cheville ouvrière de cette lutte encore inachevée.

La première réserve d'une superficie de 1500 ha fut augmentée par la suite de la superbe " fagne wallonne " à Botrange, des fagnes du nord-ouest et de plus petits îlots, parfois d'un intérêt exceptionnel comme " Clefay " pour atteindre près de 4500 ha.

Entre-temps, la loi de 1973 sur la conservation de la nature permettait la création du parc naturel Hautes-Fagnes / Eifel, territoire de 678 km², écrin pour la réserve, soumis à des mesures de protection de l'environnement, de valorisation de ses sites et géré à cette effet en tâchant de concilier économie et préservation de la nature !

reserve1.jpg (49798 octets)

<< 1976 - 200ha détruits 

par l'incendie

Des menaces toujours présentes...
L'incendie !

C'est l'une des grandes menaces, surtout au printemps quand l'épais tapis de chaumes de molinies est desséché par le vent. La négligence en est la cause principale. Le feu progresse à une vitesse effarante et peut détruire des dizaines d'hectares en quelques heures...

L'interdiction de faire du feu ou de fumer constituent la prévention indispensable. Et lorsque le risque est trop grand, des fanions rouges hissés aux entrées interdisent l'accès à la réserve.

Le piétinement !

Le succès actuel des Hautes-Fagnes y rend la pression touristique insupportable pour le milieu. La lande et surtout la tourbière n'y résisteraient guère ... Aussi, si chacun peut encore se promener seul sur les pistes balisées dans les zones B précisées aux accès, les Zones C sensibles ne sont accessibles qu'avec un guide agrée. Les zones D les plus fragiles comme les tourbières, sont interdites à tous.

Le dérangement !

Si le ski de fond a été banni de la réserve, c'est principalement pour le dérangement mortel qu'il occasionne parmi les tétras-lyres en hiver. C'est aussi pour favoriser leur reproduction que, d'avril à juin, certains sites sont interdits.

Des dangers plus insidieux !

Ainsi, le déneigement chimique des routes entraîne chlorures de sodium et de calcium vers les ruisseaux, les marais, les nappes phréatiques. Ils les polluent et nuisent à la flore et à la faune.

Il y a aussi la pollution de l'air. Les Hautes - Fagnes ne sont guère éloignées de divers centres industriels et urbains. L'azote véhiculé par les pluies favorise le développement des plantes qui en sont gourmantes, comme la molinie, aux dépens de la flore des milieux pauvres, telles les tourbières.µ

Par ailleurs, si la lande résulte des pratiques agro-pastorales, il n'y a plus de moutons dans les fagnes ... Et la reforestation  spontanée condamne à terme cette lande à disparaître.

Il faut enfin citer la diminution de la superficie des tourbières actives liées à l'envahissement par la molinie et à l'abaissement du niveau d'eau.

reserve2.jpg (45840 octets)
Un plan de gestion 

Dès lors il faut gérer la réserve. C'est le rôle du Conseil de Gestion composé de scientifiques, en particulier des responsables de la Station scientifique des Hautes-Fagnes de l'Université de Liège (Mont Rigi), de représentants des associations de la nature et des ingénieurs de la division " Nature et Forêts " de la région wallonne.

Les objectifs prioritaires de leur plan de gestion sont d'empêcher la dégradation des tourbières et de rétablir leur équilibre, d'entretenir la lande pour lui conserver ses caractéristiques, de favoriser la création de zones tampons entre la réserve et la forêt résineuse de production, d'aménager des circuits de promenades non dommageables pour le milieu.

La fagne, une école de la nature.

( Malchamps)

Protéger et éduquer

Des panneaux aux entrée de la réserve indiquent au public les itinéraires, les règles à suivre. Des surveillants, guides-nature ou  " Amis de la Fagne " conseillent, informent les promeneurs sous la tutelle de la Région wallonne et de ses agents.

Le Centre Nature de Botrange et le centre " Haus Ternell " ( entre Eupen et Monschau ) proposent des films, des expositions, des promenades guidées.

La division " Nature et Forêts " a aussi ouvert à Botrange une permanence d'information, de guidance et de coordination de la surveillance. Enfin, une fagne didactique, " la fagne de la Poleûr " a été inaugurée en 1989.

Un pari difficile

Ainsi, les gestionnaires tentent d'harmoniser la conservation d'un milieu rare, fragile, avec l'accueil intelligent d'un public toujours grandissant.

C'est un projet ambitieux, mais à la mesure de la beauté et de l'intérêt des Hautes-Fgnes. 

Explications des panneaux que vous rencontrerez dans la réserve.
FEUX

Toujours interdits.

Animaux sauvages

Laissez les en paix.

Pas de chiens

Même en laisse.

Tentes

seulement les campings autorisés

Plantes et insectes

Ni cueillette, ni capture.

Détritus

Remportez les avec vous.

Promeneurs

Uniquement sur les sentiers balisés

Ski

Interdit